Recherche

Alec à la bibliothèque

Mes vagabondages dans la littérature

Throwback Thursday #19 Plus de 500 pages, un pavé !

awaits

Le thème du Throwback Thursday proposé par Bettie Rose cette semaine m’a particulièrement parlé :

Plus de 500 pages, un pavé !

Parce que voyez-vous, des pavés, à une époque, j’en ai lu vraiment beaucoup ! Plus les livres étaient gros, plus ils me tentaient ! Il étaient comme des défis, ils étaient mes Everest personnels et je garde de beaucoup d’entre eux d’excellents souvenirs. Ma période « pavés » (je ne parle pas révolution hein ! ) a coïncidé avec ma période classique, ce sont donc immédiatement ces derniers qui me sont venus en tête.

A vrai dire, j’avais tellement d’idées que j’ai effectué un tirage au sort pour choisir quel livre vous présenter ! Avant d’y venir, voici la sélection des livres que j’avais envie de vous présenter. Ce sont tous des chefs d’oeuvre, que je vous recommande.

Lire la suite

Lucifer Box, le club Vesuvius – Mark Gatiss

Ne tournons pas autour du pot : j’ai littéralement craqué pour ce livre pour lequel je n’ai aucun bémol à formuler ! C’est un coup de coeur, franc et massif, et je n’ai qu’une hâte : découvrir les 2 tomes suivants au plus vite !

17192541_1270608446361813_1038153126901618676_o

L’histoire

Portraitiste de talent, dandy, bel esprit, mauvais garçon… et le plus irrésistible des agents secrets de Sa Majesté. Lorsque les meilleurs scientifiques du royaume sont mystérieusement assassinés, Lucifer se lance dans une enquête trépidante, des clubs de gentlemen londoniens aux bas-fonds volcaniques de Naples, tout en déterminant la façon la plus seyante de porter un œillet blanc à sa boutonnière. Une immersion étourdissante dans les arcanes d’un ordre occulte aux pratiques décadentes – et de ses secrets les plus sulfureux.

Mon avis

Commençons par l’atmosphère du livre. Mark Gatiss nous plonge dans un univers Steampunk.

Pour resituer, le Steampunk est le nom d’un courant essentiellement littéraire dont les intrigues se déroulent dans une 19ème siècle dominé par la première révolution industrielle du charbon et de la vapeur. Il s’agit donc d’une uchronie dans laquelle les technologies basées sur ces énergies sont devenues dominantes. L’expression steampunk, qui signifie littéralement punk à vapeur, est un terme inventé pour qualifier un genre de littérature né à la fin du 20ème siècle, dont l’action se déroule dans l’atmosphère de la société industrielle du 19ème siècle. Jules Verne peut être considéré comme un précurseur du genre (source Wikipédia). Lire la suite

Liebster award (bis)

liebster-award

Yeah ! Deuxième nomination aux Liebster award! C’est à Grâce, du blog Grâce Minlibé que je la dois et je l’en remercie vivement.

1fc5797e

Le blog de Grâce, c’est le blog d’une écrivain, poétesse, critique littéraire. J’aime aller m’y balader pour lire ses textes finement ciselés. Je suis également très sensible aux livres qu’elle présente et qui m’ouvre un continent littéraire, l’Afrique, que je ne connais pas mais que j’ai grâce à elle très envie de découvrir.

Je vous rappelle le principe du Liebster award : il est accordé aux blogs comptants moins de 200 abonnés. Pour y participer, il faut suivre la règle des 11 : écrire 11 faits sur moi, répondre aux 11 questions de Grâce, nommer 11 blogs et leur poser 11 questions.

11 faits sur moi

  • Il m’est impossible de commencer la journée si je n’ai pas un bon café,
  • Je trouve que les shortbread sont les meilleurs biscuits au monde,
  • Petite je m’entraînais à ne pas dormir, je trouvais que c’était une perte de temps (je pense toujours la même chose ! Je songe à reprendre l’entraînement !)  dodo
  • Je suis addict au british way of life,
  • Je dis « chocolatine » ! D’ailleurs, je n’en mange quasiment plus depuis que je vis dans une région de « pain au chocolat », ça n’a pas la même gourmandise pour moi  (Heureusement dans ma région d’adoption, il y a des croissants au praliné, ça compense !)
  • La chanson « Toulouse » de Claude Nougaro me fait pleurer comme une enfant depuis que j’ai quitté ma ville,

Lire la suite

Throwback Thursday #18 Livre jamais chroniqué

awaits

J’ai des scrupules…. enfin un peu, ou pas vraiment, voire pas du tout !

Le Throwback Thursday est de retour comme tous les jeudis et une nouvelle fois, j’ai envie de vous parler de William Boyd.

Est-ce que je suis monomaniaque ? Non !!! Est-ce qu’il y a autre chose dans ma bibliothèque ? Oui, des tas et des tas de livres. Mais voyez-vous, c’est un auteur que j’aime d’amour. Et puis, est-ce ma faute si l’oeuvre de William Boyd colle souvent aux thèmes proposés par Bettie Rose (ou le contraire, je ne sais plus) ?

Il faut bien le dire, la thématique choisie par Bettie Rose ressemble fort à une incitation à ressortir de nos tiroirs madeleine de Proust cachée et autre confiserie jalousement gardée par devers soi :

Un livre jamais chroniqué et néanmoins apprécié.

Je vous promets que j’ai cherché un autre livre à vous présenter. Mais voilà, celui-ci revenait comme une ritournelle dans ma tête. Il faut dire que le livre dont je m’apprête à vous parler est celui qui m’a fait découvrir William Boyd, et j’en garde un souvenir inoubliable. Il fait partie de mes livres fétiches, lus et relus sans lassitude aucune.

Si je ne l’ai jamais présenté sur le blog, c’est tout simplement que ce dernier n’existait pas encore au moment de ma dernière relecture. Ce livre, c’est Armadillo de William Boyd. Lire la suite

Blogger recognition award (bis)

C’est début février, autant dire il y a un siècle, que j’ai été la victime nominée par le dragon June et je la remercie chaleureusement. Comme une nomination par un dragon, ce n’est pas rien, je me plie à l’exercice avant de subir son courroux  avec plaisir.

tumblr_o6j673pU3y1tcgpa7o3_500

C’est ma deuxième participation, je vais essayer de me renouveler ! Vous pouvez retrouver mes réponses précédentes ici.

Le principe 

Présenter l’histoire de son blog puis donner quelques conseils aux nouveaux blogueurs et nominer une quinzaine de blogueurs.

Une histoire d’Alec à la bibliothèque

Alec à la bibliothèque est né en mai 2016, avec la volonté de partager mes lectures et de transmettre ma passion.

Au fil des mois, Alec à la bibliothèque est devenu pour moi bien plus que ça. D’abord, il est une extraordinaire source d’enrichissement personnel. Je ne m’attendais pas à trouver une communauté de blogueurs aussi formidable et à tisser des liens avec des copinautes (Merci Gaëlle pour ce néologisme! )

Calin-collectif_medium

Parallèlement, le blog est devenu pour moi une source de questionnement quant à mon orientation professionnelle. C’est une réflexion qui suit doucement son cours. Lire la suite

The Vanishing Girl – Laura Thalassa

Je remercie NetGalley et Amazon Crossing pour leur confiance. Le livre sort le 21 mars.

J’ai pas mal hésité pour classer ce livre. Top ? Flop ? Bof ? Et je me suis rappelé de la catégorie spéciale de Lupiot, du blog Allez vous faire lire, qui parle de catégorie Meh. Qu’est-ce-que c’est que ça ? Je reprends les propos de Lupiot :  « Un « Meh », c’est un livre qui aurait pu être un Flop mais finalement, non, parce qu’il y a, objectivement, de bons aspects, des choses cool. Sauf que la sauce n’a pas tout à fait pris. » C’est la définition parfaite de ce que j’ai ressenti en lisant The Vanishing Girl, qui est donc un livre Meh.

L’histoire

cover99405-medium

Lire la suite

Tels des loups affamés – Ian Rankin

Ca fait longtemps que je ne vous avais pas parlé de Ian Rankin et de son inspecteur John Rebus, non ? Non ! Bah tant pis ! C’est reparti pour un tour ! Dans les derniers épisodes, John Rebus, inspecteur écossais pur jus qui parcourt inlassablement Edimbourg à la recherche des malfrats, était parti à la retraite puis avait été réintégré à la faveur d’une modification de la loi écossaise relative à la limite d’âge des policiers. Il est désormais retraité, consultant extérieur pour la police d’Edimbourg. On sentait bien que Rankin répugnait à se séparer de son inspecteur à cause d’une bête limite d’âge. Il dit d’ailleurs de sa relation à Rebus et plus largement au polar : « Le roman noir permet d’aborder des questions politiques, économiques ou de société, c’est ce que j’aime, je crois. Mais si, au milieu de mes différents romans, je reviens régulièrement à l’inspecteur Rebus, c’est qu’il est pour moi une façon de parler d’Edimbourg. Ville fascinante, ville qui a plein de strates, plein de couches différentes. » (Le Monde 12-08-13) Et c’est bien ce qui est fascinant dans les enquêtes de l’inspecteur Rebus, qui suivent au fil des ans l’actualité politique écossaise, et dans lesquels on se demande toujours qui est le plus pourri : caïds dominant la pègre édimbourgeoise ou élite protégée par son pouvoir et son entre-soi. Lire la suite

Throwback Thursday #17 Girl Power !

awaits

Hier nous étions le 8 mars, journée internationale des droits de la femme.  Déjà, je ne sais pas vous mais je trouve aberrant qu’il y ait besoin d’une journée des droits de la femme. En soi, c’est stigmatisant, non seulement cela nous renvoie à l’idée que nous ne sommes pas égales aux hommes, mais en plus l’idée sous-jacente, c’est que ce n’est pas près de changer puisqu’elle évite de prendre des décisions concrètes.  De plus, les journées mondiales en faveur d’une cause ou d’une autre pullulent, ce qui annule plus ou moins l’effet qu’elles pourraient avoir. Ainsi, la journée des droits des femmes voisine avec la journée internationale de la radio et de la télévision en faveur des enfants (6 mars) et les journées mondiales de l’audition et du rein (WTF ?) qui se tiennent toutes les deux le 9 mars….Bref, nous ne sommes pas sauvées ! D’autant que la journée des droits des femmes a subrepticement glissé pour se transformer en journée de la femme, machin ultra commercial  du genre un soutien-gorge acheté, une culotte offerte (c’est pareil pour la journée mondiale du rein à votre avis ? )

Les seules personnes qui pourront faire évoluer les droits des femmes, ce sont nous, les femmes, en s’affranchissant des caricatures et des stéréotypes. En éduquant nos filles – et nos garçons – différemment.

Mais revenons à nos moutons, je m’égare (enfin pas tant que ça !) Car aujourd’hui c’est jeudi ! Et c’est donc une nouvelle édition du Throwback Thursday ! Le thème choisit cette semaine par Bettie Rose , créatrice du concept, m’a doublement plus : il est en accord avec l’actualité d’une part, et d’autre part, je suis convaincue que les valeurs portées par les héros / héroïnes des livres peuvent durablement influencer les lecteurs. Vous l’aurez compris, le thème de cette semaine, c’est :

Girl Power !

( livre féministe ou héroïne)

Wonder woman

Et j’ai choisi de vous présenter Les vies multiples d’Amory Clay de William Boyd (oui, encore !) Un livre particulier pour moi puisque c’est le premier que j’ai présenté sur le blog, et car le personnage d’Amory est sûrement une de mes héroïnes préférées. Lire la suite

The Paper Magician – Charlie N. Holmberg

J’ai craqué pour ce roman suite aux douces tentations des chroniques de June, Gaëlle et Isa qui déclaraient toutes les trois un coup de coeur après sa lecture. Devant une telle épidémie et leurs avis élogieux, je ne pouvais que me laisser séduire, et il a donc très vite rejoint ma PAL. Je n’avais pas du tout prévu de le lire aussi vite, mais voilà, j’ai abandonné la lecture de l’Attrape Coeur qui était le livre du mois au club de lecture du Petit Pingouin Vert. Il ne m’arrive que très rarement de ne pas finir un livre (je suis têtue), mais là, c’était au-dessus de mes forces. Je me suis donc tournée vers The Paper Magician dont la couverture me faisait de l’oeil depuis ma bibliothèque (elle est somptueuse cette couverture, non ?!) Et je n’ai absolument pas regretté mon choix, car moi aussi, j’ai déclaré un coup de coeur !

Print

L’histoire

C’est le coeur brisé que Ceony Twill, 19 ans, débarque chez le magicien Emery Thane. Sortie major de sa promotion à l’école Tagis Praff, elle se voit contrainte d’embrasser la magie du papier, elle qui rêvait de travailler le métal. Or, une fois qu’elle sera liée au papier, matériau qu’elle dédaigne, elle sait que c’est pour le restant de sa vie.

Dès le début de son apprentissage chez l’excentrique mais si charmant Emery, Ceony découvre un monde merveilleux qu’elle ne soupçonnait pas : animer des créatures de papier, donner vie à des récits grâce aux images qui les illustrent, prédire l’avenir… Mais son bonheur se ternit quand elle se trouve confrontée aux dangers de la magie interdite.

Une Exciseuse – pratiquant la magie noire liée à l’élément de chair – attaque le magicien et lui arrache le coeur avant de s’enfuir avec son précieux butin. Pour le sauver, Ceony devra affronter l’horrible sorcière assoiffée de sang et se lancer dans un périlleux périple qui la mènera dans les méandres de son mentor dont elle va découvrir les lourds secrets.

Mon avis

Ah mes amis, il faut absolument que vous découvriez l’univers crée par Charlie Holmberg ! Lire la suite

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑